Mis.es à l’écart par leur famille, victimes de violences, les jeunes LGBTQI+ sont particulièrement exposé.e.s à la précarité et à l’errance. L’association Basiliade leur propose des colocations pour se ressourcer, bénéficier de soins médicaux et psychologiques, prendre le temps de réfléchir à leur réinsertion dans la société. Et leur ouvre un espace de parole pour mieux comprendre leurs parcours de vie.

Entre 2019 et 2022, BASILIADE a mené avec l’École des Hautes Études en Sciences Sociales un projet de recherche-action axé sur l’accompagnement global de 48 jeunes LGBTQI+ âgés de 18 à 35 ans, vivant en Île-de-France en situation de grande précarité. Pour construire son projet, BASILIADE a pu compter sur un partenariat avec plusieurs associations communautaires franciliennes qui ont orienté les jeunes et suivi la progressive mise en place du projet.

 

Des appartements partagés pour sécuriser l’accompagnement global

La solution innovante proposée par Basiliade : des appartements partagés, non mixtes et connectés à un réseau de professionnel.le.s socio-sanitaires. Ce dispositif de Centre hébergements d’urgence (CHU) répond ainsi en grande partie à une autre problématique essentielle, celle des enjeux de santé.

Chaque jeune hébergé.e peut en effet bénéficier d’une équipe pluridisciplinaire, dont une infirmière et une psychologue, assurant un suivi médical et psychologique global – une prise en charge nécessaire pour ces jeunes souffrant en majorité de stress post-traumatique lié à la fois aux violences LGBTQI+phobes et au parcours migratoire.

Troisième pilier d’une réinsertion réussie : l’emploi. Basiliade met en lien les résidents avec le pôle insertion de l’association qui les accompagne et les oriente dans leurs démarches de formation et d’emploi. Le cas échéant, un suivi juridique peut également être apporté.

L’Escale face au Covid

Si jusqu’à juin 2021 il avait été presque impossible d’organiser des activités collectives à cause de l’épidémie de Covid 19, grâce au travail des bénéficiaires, des salarié.e.s et des bénévoles, beaucoup d’activités ont été mises en place. Parmi celles-ci, des piques niques, des diners, des soirées cinéma et des groupes de paroles.

Bénévoles, salariés et bénéficiaires continuent de construire et faire évoluer le projet, tout en croyant dans le pouvoir d’agir des personnes accompagnées. L’instance du Conseil de Maison permet à l’ensemble des acteurs qui gravitent autour de l’Escale de se retrouver et de discuter du projet.

Des jeunes engagés

Une partie des jeunes a commencé à prendre part à la distribution alimentaire organisée par Basiliade qui avait lieu à Béranger (à côté de Place de la République).

Les jeunes de l’Escale participent désormais à l’accueil et intégration des nouvelles personnes qui rentrent dans des nouveaux appartements de l’Escale.

Ils en parlent…

Le projet Escale a été médiatisé et nous sommes heureux.ses que la voix des jeunes ait été visibilisée et entendue grâce à des articles, notamment lors de différentes inaugurations.